La cérémonie de remise du Prix Éthiophile 2017 attribué à Guy Alexandre Sounda

L’association Éthiophile a décerné son prix littéraire, le 30 octobre, au Procope

Le lauréat du Prix Éthiophile 2017 Guy Alexandre Sounda, , le président de l’association le professeur Papa Samba Diop, le président de l’édition 2017 l’écrivain Daniel Maximin

Cher tout le monde, femmes, hommes et tant d’autres, présenté « avec une réelle émotion, mais sans solennité » (selon ses mots), par le professeur Papa Samba Diop, cet événement aussi chaleureux qu’élégant s’est déroulé dans le salon Diderot, au premier étage du Café Procope… Continuer la lecture de « La cérémonie de remise du Prix Éthiophile 2017 attribué à Guy Alexandre Sounda »

Lydie Moudileno ou penser l’Afrique à partir de sa littérature

Bienvenue dans les bibliothèques des littératures africaines

Cher tout le monde, femmes, hommes et tant d’autres, Lydie Moudileno a un doctorat de l’université de Berkeley en Californie et elle est professeur de littérature française et de littérature comparée à l’Université de Pennsylvanie (Philadelphie, USA), dont elle a dirigé le Centre d’Études Africaines pendant plusieurs années.

Lydie Moudileno, professeur de littérature française et de littérature comparée à l’Université de Pennsylvanie, vagabondssanstreves.com
Lydie Moudileno, professeur de littérature française et de littérature comparée à l’Université de Pennsylvanie, vagabondssanstreves.com

Elle est l’auteure de nombreux ouvrages sur la littérature africaine et antillaise de langue française, dont L’Ecrivain antillais au miroir de sa littérature, paru aux éditions Khartala en 1997 et Parades postcoloniales – La fabrications des identités dans le roman congolais paru dans la collection Lettres du Sud aux éditions Karthala, 2007). Ces essais s’attachent aux questions coloniales et postcoloniales, ainsi qu’à celles des migrations, du rapport au corps et du miroir qu’est l’Occident dans l’espace romanesque africain et antillais de langue française.  Continuer la lecture de « Lydie Moudileno ou penser l’Afrique à partir de sa littérature »