Ardeur et vacuité de Nathalie Gassel

Vie et survie après la vie de la mère

Dans Ardeur et vacuité, éditions Le somnambule équivoque, collection Fulgurances, 2012

J’avais le choix entre une distraction sans joie et sans ardeur qui me permettait de fuir au dehors ou les émotions denses et pensantes du dedans. Mais rien qui intéressa la satisfaction du besoin brûlant, authentique et frustré d’une compagnie agréable. Ce manque prenait une grande place, il donnait à presque tout une atmosphère de vacuité, de lenteur et de vide. (p. 9)
Continuer la lecture de « Ardeur et vacuité de Nathalie Gassel »

Des années d’insignifiance de Nathalie Gassel

Écrire le Sang d’encre indélébile de l’enfance-enfer

Nathalie Gassel – Des années d'insignifiance, éditions Luce Wilquin, 2006
Nathalie Gassel – Des années d’insignifiance, éditions Luce Wilquin, 2006

Au début était l’enfer ! C’est ainsi que je vois l’enfance. (p. 9)

L'écrivaine Nathalie Gassel enfant, nathaliegassel.e-monsite.com
L’écrivaine Nathalie Gassel enfant, nathaliegassel.e-monsite.com

Cher tout le monde, femmes, hommes et tant d’autres, dans Des années d’insignifiance, d’emblée l’état d’esprit est donné. Pas question de la nostalgie du prime âge insouciant, mais de l’horreur de la damnation familiale où l’impossibilité d’aimer le dispute à l’impossibilité de communiquer : les petites années sont le puits profond du pas grand-chose. Continuer la lecture de « Des années d’insignifiance de Nathalie Gassel »