Tu n’es pas une Noire comme les autres : décryptage par Guy Alexandre Sounda

Du mérite de l’aller-retour

Les vagabonds sans trêves : Guy Alexandre Sounda, merci d’avoir accepté d’être notre vagabond expert et de vous prêter à l’exercice d’analyse des paroles suivantes : Tu n’es pas une Noire comme les autres. Tu es différente, exceptionnelle… Avez-vous entendu de tels propos et quelles réflexions vous inspirent-ils ? Que se passe-t-il quand quelqu’un me parle ainsi ? Continuer la lecture de « Tu n’es pas une Noire comme les autres : décryptage par Guy Alexandre Sounda »

#Jenaipasportéplainte de Marie-Hélène Branciard

Les filles, que la force vengeresse soit avec vous ! 

Cher tout le monde, femmes, hommes et tant d’autres, #Jenaipasportéplainte de Marie-Hélène Branciard, publié aux Éditions du Poutan, en 2016, est un polar prenant, vif et jouissif, hyper contemporain et sans frontières qui traite du viol, cette atrocité qu’aucune démocratie ne devrait considérer à la légère. Continuer la lecture de « #Jenaipasportéplainte de Marie-Hélène Branciard »

Autour de L’escargot d’Alexandre Toursky

Francesco del Cossa, L’Annonciation, 1470-1472, escargot, détail, pinterest.com

L’escargot

L’escargot se déplace
dans une continue
création de son corps
s’invente et se rejoint. Continuer la lecture de « Autour de L’escargot d’Alexandre Toursky »

La cérémonie de remise du Prix Éthiophile 2017 attribué à Guy Alexandre Sounda

L’association Éthiophile a décerné son prix littéraire, le 30 octobre, au Procope

Le lauréat du Prix Éthiophile 2017 Guy Alexandre Sounda, , le président de l’association le professeur Papa Samba Diop, le président de l’édition 2017 l’écrivain Daniel Maximin

Cher tout le monde, femmes, hommes et tant d’autres, présenté « avec une réelle émotion, mais sans solennité » (selon ses mots), par le professeur Papa Samba Diop, cet événement aussi chaleureux qu’élégant s’est déroulé dans le salon Diderot, au premier étage du Café Procope… Continuer la lecture de « La cérémonie de remise du Prix Éthiophile 2017 attribué à Guy Alexandre Sounda »

Lis Thés Ratures organise un salon de la littérature

Invitation à salonner au milieu du Beau monde

Salon de la littérature, 30 septembre 2017 de 15h à 20h

Lis Thés Ratures ? C’est la structure culturelle au sud-ouest de Paris, dont Les vagabonds sans trêves ont applaudi, en début d’année, la naissance (ici).
Continuer la lecture de « Lis Thés Ratures organise un salon de la littérature »

Le Sabot revue littéraire de sabotage

Parution du premier numéro

Le Sabot, premier numéro de la revue littéraire de sabotage, septembre 2017, le-sabot.fr

Cher tout le monde, femmes, hommes et tant d’autres, c’est chez l’écrivain Marcel Moreau que j’ai fait la connaissance d’Antoine Jobard, le rédacteur en chef d’un tout nouveau trimestriel Le Sabot.
Continuer la lecture de « Le Sabot revue littéraire de sabotage »

L’Automne de Renée Vivien

L’automne

Cy Twombly, Quattro Stagioni, Autunno, Qautre saison, Automne, 1993 – 1995, wikiart.org

L’Automne s’exaspère ainsi qu’une Bacchante,
Folle du sang des fruits et du sang des baisers
Et dont on voit frémir les seins inapaisés…
L’Automne s’assombrit ainsi qu’une Bacchante
Au sortir des festins empourprés. Elle chante
La moite lassitude et l’oubli des baisers. Continuer la lecture de « L’Automne de Renée Vivien »

Frères migrants de Patrick Chamoiseau

La poétique relationnelle et les lucioles-veilleuses de vie solidaire  

Patrick Chamoiseau, Journée Mondialité, Fondation Boghossian-Villa Empain, Bruxelles, samedi 9 septembre 2017

Cher tout le monde, femmes, hommes et tant d’autres, avec Frères migrants, l’écrivain martiniquais Patrick Chamoiseau exhorte à accueillir l’humain, sa vie et sa vision de la vie en ces femmes, hommes, enfants (ou petites personnes, timoun en créole) :
[…] toutes les qualités de personne qui dépérissent et périssent (p. 21). Continuer la lecture de « Frères migrants de Patrick Chamoiseau »

La petite sirène d’Andersen ou la tentation de la sublimité

L’infini idéal de la petite sirène

Frantisek Kupka, The Wave, 1902, wikiart.org
« Enfin tu as bien fait de venir ; demain, au lever du soleil, c’eût été trop tard, et il t’aurait fallu attendre encore une année. Je vais te préparer un élixir que tu emporteras à terre avant le point du jour. Assieds-toi sur la côte, et bois-le. Continuer la lecture de « La petite sirène d’Andersen ou la tentation de la sublimité »

La migration des murs de James Noël

La poésie à l’épreuve des murs

James Noël, Ayiti la ! Les lettres haïtiennes en mouvement, manifestation organisée par Coopération Éducation Culture ong au Jardin botanique de Bruxelles, 8 juin 2017

Publié chez Galaade, dans la collection Auteur de vue, le recueil La migration des murs de James Noël est une œuvre protéiforme, sans point et sans fin comme le règne proliférant des constructions contre lesquelles butent le marcheur et celles tellement plus pérennes prisons de l’esprit.
Il faudrait un peu méditer sur les
murs des maisons, qui parfois sont
sans fenêtres ni portes de secours
Nulle vue qui ne donne sur l’humain
p. 18 Continuer la lecture de « La migration des murs de James Noël »

Pâques à Paris

L’apparition de la belle dame fée

Alexander Roslin (1718–1793), Portrait du baron Thure Leonard Klinkowström, commons.wikimedia.org

Le père pâle a dit qu’il fera chaud au printemps. La date approche et tout le monde discute des températures négatives. Le froid est pire que certains jours de l’hiver. Est-ce ça l’histoire de la demi-saison ? J’ai oublié d’interroger monsieur ou madame Van Deck parce que, dans la chose météo, seul me touche Vent d’Est. Ce ne sont pas les anges qui ont fait monter notre petit bébé perdu du cimetière au paradis. Monsieur Andersen a écrit que Vent d’Est transporte les gens dans le jardin du paradis où ils sont pour toujours heureux. Continuer la lecture de « Pâques à Paris »

Toutes les femmes sont des aliens d’Olivia Rosenthal

Suivons les lumières de la plume ouvreuse

Cher tout le monde, femmes, hommes et tant d’autres, Toutes les femmes sont des aliens, est un le texte hybride d’Olivia Rosenthal, né d’un projet théâtral avec le collectif ildi ! eldi. Dans cet objet intriguant, la tétralogie Alien, Les Oiseaux d’Alfred Hitchcock, Bambi et Le Livre de la Jungle de Walt Disney sont les matériaux des va-et-vient entre le réel et l’imaginaire, le passé et le présent, la fiction intime et l’essai, l’émotion et la réflexion, le précis et le spectral… Continuer la lecture de « Toutes les femmes sont des aliens d’Olivia Rosenthal »

Retour sur The Price of The Ticket avec Karen Thorsen et Samuel Légitimus

James Baldwin, l’être-lien (2/2)

Retour au musée de l’Homme de Paris pour la seconde partie de l’article (première partie ici) sur la projection du film documentaire The Price of the Ticket, suivie d’une rencontre-débat – organisée par Ewané Nja Kwa du Collectif James Baldwin – avec la réalisatrice Karen Thorsen et l’acteur et metteur en scène Samuel Légitimus.

Marc Alexandre Oho Bambe, Karen Thorsen, Chantal Épée, Ewané Nja Kwa, Samuel Légitimus au musée de l’Homme, 3 juin 2017

Continuer la lecture de « Retour sur The Price of The Ticket avec Karen Thorsen et Samuel Légitimus »

Autour de The Price of the Ticket avec Karen Thorsen et Samuel Légitimus

James Baldwin, l’être-lien (1/2)

Cher tout le monde, femmes, hommes et tant d’autres, samedi 3 juin 2017, j’étais à Paris pour une séance de rattrapage, ayant raté, la projection au cinéma Galeries, au centre de Bruxelles, du documentaire de Karen Thorsen The Price of the Ticket.

Pascale Martine Tayou, Welcome hall, 2015, Tableaux lumineux et câblages, Musée de l’Homme de Paris

Continuer la lecture de « Autour de The Price of the Ticket avec Karen Thorsen et Samuel Légitimus »