Vous parlez mal le français, mademoiselle

Publié Laisser un commentairePublié dans et moi émois et moyes

L’histoire des deux années en une à l’université — Vous parlez mal le français, mademoiselle ! Depuis quand êtes-vous en Belgique ? Celui qui prononce ces mots est un professeur de la fac de sciences éco de l’UCL. Me broie la tête illico sa voix cataclysme niant le moteur de toujours. J’ai vingt ans. Je viens de rater la deuxième. Électrochoquée, je, muette, dévisse, en roue libre, conscience expulsée du corps, cerveau devenu shaker que les répliques de la voix n’en finissent pas de secouer.

Le suiveur

Publié Laisser un commentairePublié dans et moi émois et moyes

Souvenir d’enfance Un homme nous suit. Un des premiers souvenirs de mon arrivée en Belgique. Souvent, sur le chemin de l’école, de la bibliothèque, de la poste, jusque dans les rayons du supermarché ou dans les grands magasins du centre-ville, où que nous allions, un inconnu, jamais le même, marche derrière nous. Reste planté sur le trottoir opposé des boutiques du quartier dans lesquelles nous entrons. Nous, c’est la mère absente et tout silence, et moi, nouvelle-née ici, mise aussi au secret par la force centrifuge des choses inédites dont l’importance m’échappe. J’ai six ans et demi. À cet âge […]

Quand ma mère devenait Bérénice de Racine

Publié Publié dans et moi émois et moyes

Un chef-d’œuvre de comédienne inconnue Cher tout le monde, femmes, hommes et tant d’autres, voici les dernières pages du roman autobiographique intitulée Les fictions schizoriginelles. Il s’agit d’une longue enquête durant laquelle j’ai nomadisé entre l’Europe et l’Amérique afin de dépasser les désaveux et inventer une narration reliant les souvenirs d’enfance parfois flous, les interrogations à propos des secrets et les pans du réels que les explications adultes négligeaient…

Pâques à Paris éclairé par la poésie Guillaume Apollinaire

Publié Publié dans et moi émois et moyes

La belle dame fée et le pont Mirabeau Cher tout le monde, femme, hommes et tant d’autre, depuis l’enfance, le pont Mirabeau – tant la construction que la poésie du même nom – m’est cher. Voici pourquoi : Le père pâle a dit qu’il fera chaud au printemps. La date approche et tout le monde discute des températures négatives. Le froid est pire que certains jours de l’hiver. Est-ce ça l’histoire de la demi-saison ? J’ai oublié d’interroger monsieur ou madame Van Deck parce que, dans la chose météo, seul me touche Vent d’Est. Ce ne sont pas les anges qui ont fait […]

Où n’est pas entendu le parent conscient des discriminations

Publié 3 CommentairesPublié dans coups de tête, et moi émois et moyes

Voir, ou ne pas voir, telle est la question de la conscience sociale Cher tout le monde, femmes, hommes et tant d’autres, ça se passe en 2010, à Bruxelles, dans une famille belgo-française. Appelons Liberté la mère qui a la peau et les cheveux clairs, Fraternité le père à la peau foncée, Égalité leur mignonne fillette métisse de deux ans.