« Trois femmes, une rencontre », exposition de R. Silski, J. Devreux, C. Nicaise

Rachel Silski, Jacqueline Devreux, Christine Nicaise : l’entretien infiniment subtil

« Trois femmes, une rencontre » met à l’honneur des peintures, des photographies et des dessins de Rachel Silski, Jacqueline Devreux et Christine Nicaise.

Deux œuvres de Rachel Silski, exposition « Trois femmes, une rencontre », vernissage 10 mars 2017, Maison des Artistes d’Anderlecht

Le vernissage de l’expo a eu lieu, en présence du poète et philosophe Jacques Sojcher, à la Maison des Artistes d’Anderlecht, deux jours après la Journée internationale des droits des femmes. C’est Escale du Nord, le Centre Culturel d’Anderlecht qui organise cette rencontre de trois artistes très différentes, mais qui ont en commun le souci de l’humain et de sa condition toujours précaire.

La peintre Rachel Silski devant sa Jocaste, Série Mythologiques, exposition « Trois femmes, une rencontre », vernissage 10 mars 2017, Maison des Artistes d’Anderlecht

En dialogue sensible avec l’innommable du mythe ou de la grande histoire, l’art abstrait de Rachel Silski invite au recueillement et à la réflexion sur la démesure de l’amour et de la mort.

Peinture de Jacqueline Devreux, exposition « Trois femmes, une rencontre », vernissage 10 mars 2017, Maison des Artistes d’Anderlecht

Les sujets de Jacqueline Devreux règnent où l’évidence le dispute à l’imprécis : dans un entre-deux troublant dévoilant l’ambiguïté de l’apparence que la peau masque bien plus que le vêtement ou la parure.

Œuvres de Christine Nicaise, exposition « Trois femmes, une rencontre », vernissage 10 mars 2017, Maison des Artistes d’Anderlecht

Alliance sobre d’élégance et de puissance, le geste esthétique de Christine Nicaise explore, avec une palette de couleurs denses et chaudes, la sensation, l’éphémère, la mémoire, la vulnérabilité inséparable de l’existence…

Rachel Silski, Ma Médée I, exposition « Trois femmes, une rencontre », vernissage 10 mars 2017, Maison des Artistes d’Anderlecht

L’autre dénominateur commun de ces trois artistes est d’être femme. Si, dans le meilleur des mondes, souligner une telle qualité est superflu, la présente expo les réunit aussi à ce titre.

Vitrine des photographies de Jacqueline Devreux, exposition « Trois femmes, une rencontre », vernissage 10 mars 2017, Maison des Artistes d’Anderlecht

Nous naissons et vivons dans une société organisée de sorte que les actions et les œuvres de nos mères, leurs paroles et leurs qualités paraissent moins remarquables que celles de nos pères.

Œuvres de Christine Nicaise, exposition « Trois femmes, une rencontre », vernissage 10 mars 2017, Maison des Artistes d’Anderlecht

Seul le conditionnement social empêche d’admettre l’obscénité de cette dépréciation et à quel point le désordre de l’ordre établi est une insulte à l’intelligence du désordre.

La peintre et photographe Jacqueline Devreux, exposition « Trois femmes, une rencontre », vernissage 10 mars 2017, Maison des Artistes d’Anderlecht

Outre qu’il contredit notre expérience première, le phénomène marginalise la contribution – au passé et au présent – de la moitié de l’humanité, notamment sur le terrain des pratiques artistiques et culturelles.

Œuvre de Jacqueline Devreux, exposition « Trois femmes, une rencontre », vernissage 10 mars 2017, Maison des Artistes d’Anderlecht

Alors dans l’art de Rachel Silski, Jacqueline Devreux et Christine Nicaise, j’ai cherché le « quelque chose » qui dit la présence femme ou la touche de féminité.

Peinture de Rachel Silski, exposition « Trois femmes, une rencontre », vernissage 10 mars 2017, Maison des Artistes d’Anderlecht

Quel drôle d’exercice pour qui, à l’ordinaire, se passe du terme de féminité, ne comprenant guère de quoi il en retourne. N’empêche, chaque œuvre de ces artistes m’est apparue comme un don à la fois entier et mystérieux, profondément subtil.

Christine Nicaise, exposition « Trois femmes, une rencontre », vernissage 10 mars 2017, Maison des Artistes d’Anderlecht

La subtilité, est-ce leur troisième dénominateur commun ? Leur apport féminin singulier à la représentation de l’existence, donc au récit de ce que signifie être humain ?

Jacqueline Devreux, peinture, exposition « Trois femmes, une rencontre », vernissage 10 mars 2017, Maison des Artistes d’Anderlecht

Il est possible que dans la quête du sens, ces femmes artistes soient tentées par des chemins plus terrestres. Et plus audacieux, vu la propension de la tradition métaphysique occidentale à mépriser et dénigrer l’ici-bas. 

Christine Nicaise, exposition « Trois femmes, une rencontre », vernissage 10 mars 2017, Maison des Artistes d’Anderlecht
Jacqueline Devreux, exposition « Trois femmes, une rencontre », vernissage 10 mars 2017, Maison des Artistes d’Anderlecht

Quand on a à s’épanouir dans un environnement moins favorable, où l’activité créatrice, en tant que nécessité vitale, est perturbée par les obligations familiales, les sollicitations affectives et professionnelles, quand le talent doit composer avec la complexité en chair et en os des régions du quotidien sans sacrifier une dimension à une autre, peut-être, à la pensée qui distingue et exclut, préfère-t-on celle de l’inséparation qui privilégie l’ouverture à l’autre…

Exposition « Trois femmes, une rencontre », vernissage 10 mars 2017, Maison des Artistes d’Anderlecht

Peut-être, au chant des sirènes dualistes opposant corps et esprit, sensuel et spirituel, émotion et raison, animal et humain, nature et culture, préfère-t-on la découverte des zones de nœuds, des lisières incertaines du rapport à soi et à l’autre, des profondeurs étranges du réel, des mystères de la mémoire tenace et, en même temps, fugace ou insaisissable.

Rachel Silski, La fête de la tristesse, peinture, exposition « Trois femmes, une rencontre », vernissage 10 mars 2017, Maison des Artistes d’Anderlecht

Peut-être les états d’esprit pluriels, accordés à l’état des choses imparfaites et des êtres changeant, inclinent ces artistes femmes au tissage ou au tressage de liens qui repoussent les frontières de la connaissance et donnent à voir l’inaperçu de la vie qui semble ordinaire à nous, les dormeurs debout qu’elles parviennent à réveiller.

Rachel Silski, Christine Nicaise, Jacqueline Devreux, vernissage de « Trois femmes, une rencontre », Maison des Artistes d’Anderlecht, source : Jacqueline Devreux

Et voilà bien ma seule certitude : Rachel Silski, Jacqueline Devreux et Christine Nicaise ont le pouvoir magnifique de nous arracher au train-train des jours pilotés par la pensée somnambule. De vive lutte, elles ont acquis le talent artistique de nous rendre à la dignité de sujet vigile et vaillant…

L’expo « Trois femmes, une rencontre » se tient jusqu’au 31 mars 2017, de 10 à 18 heures à la Maison des Artistes d’Anderlecht, 14 rue du Bronze, avec des visites guidées et des ateliers permettant au public de rencontrer les artistes. 

Mel Bonis par Charles-Auguste Corbineau, commons.wikimedia.org

Cher tout le monde, femmes, hommes et tant d’autres, quittons-nous avec la sonate pour flûte et piano de Mel Bonis (de son vrai nom Mélanie Hélène Bonis), une compositrice française née en 1858 à Paris et décédée en 1937.


Aimer sans préjugés la page FACEBOOK Les vagabonds sans trêves

Suivre avec affection CGM et Les vagabonds sans trêves sur Twitter

1 réflexion sur « « Trois femmes, une rencontre », exposition de R. Silski, J. Devreux, C. Nicaise »

Les commentaires sont fermés.