méli-mélo

Je suis comme je suis de Jacques Prévert

Gustav Klimt, Girl head turned left, 1915, Lead red and brown pencil, pinterest.com
  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Google+
  • Print Friendly
  • reddit
Gustav Klimt, Girl head turned left, 1915, Lead red and brown pencil, pinterest.com

Je suis comme je suis

Je suis comme je suis
Je suis faite comme ça
Quand j’ai envie de rire
Oui je ris aux éclats
J’aime celui qui m’aime
Est-ce ma faute à moi
Si ce n’est pas le même
Que j’aime chaque fois
Je suis comme je suis
Je suis faite comme ça
Que voulez-vous de plus
Que voulez-vous de moi

Gustav Klimt, Étude pour La frise Beethoven, 1902, Leopold Museum, pinterest.com
  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Google+
  • Print Friendly
  • reddit
Gustav Klimt, Étude pour La frise Beethoven, 1902, Leopold Museum, pinterest.com

Je suis faite pour plaire
Et n’y puis rien changer
Mes talons sont trop hauts
Ma taille trop cambrée
Mes seins beaucoup trop durs
Et mes yeux trop cernés
Et puis après
Qu’est-ce que ça peut vous faire
Je suis comme je suis
Je plais à qui je plais

Gustav Klimt, Nu jambe droite soulevée, 1902, Albertina & Wien Museum, pinterest.com
  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Google+
  • Print Friendly
  • reddit
Gustav Klimt, Nu jambe droite soulevée, 1902, Albertina & Wien Museum, pinterest.com

Qu’est-ce que ça peut vous faire
Ce qui m’est arrivé
Oui j’ai aimé quelqu’un
Oui quelqu’un m’a aimée
Comme les enfants qui s’aiment
Simplement savent aimer
Aimer aimer…
Pourquoi me questionner
Je suis là pour vous plaire
Et n’y puis rien changer.

Pablo Picasso, Portrait de Jacques Prévert, 1956, museepicassoparis.fr
  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Google+
  • Print Friendly
  • reddit
Pablo Picasso, Portrait de Jacques Prévert, 1956, museepicassoparis.fr

Dans l’éclectique recueil Paroles de Jacques Prévert (1900 – 1977) se trouve Je suis comme je suis, un poème au rythme quasi enfantin, presque une chansonnette insouciante dans laquelle la légèreté du ton incarne l’indépendance de la belle sachant rire aux éclats et suivre son cœur vagabond et son jeune corps impatient de plaisir. Que la vie serait belle si les choses étaient aussi simples ! le poète semble dire. Dans le poème libertaire, certains entendrons la voix d’une prostituée. Pourquoi pas ? Tant qu’il s’agit d’entendre ! Entendre dans ce Je suis comme je suis une affirmation de la liberté de disposer de son corps comme on veut. C’est dans cet esprit que l’appel aux désordres de la chair est interprété par Juliette Gréco. Je vous recommande aussi l’animation exquise réalisée par Marion Auvin qui est un petit manifeste plein de délicatesse à la beauté opulente.

Une réflexion au sujet de « Je suis comme je suis de Jacques Prévert »

Les commentaires sont fermés.