entretien compris

Isabelle Boni-Claverie et les Conversations de 50 Nuances de Noir

Les conversations portes ouvertes au mieux-être

Cher tout le monde, femmes, hommes et tant d’autres, il y a quelques jours, à Paris, j’ai eu le plaisir d’interroger la réalisatrice, scénariste et écrivaine franco-ivoirienne Isabelle Boni-Claverie sur l’esprit de son nouveau projet : Les Conversations de 50NN. J’ai déjà parlé d’Isabelle Boni-Claverie sur le blog à propos de son documentaire Trop Noire pour être Française ? diffusé en juillet 2016 sur Arte. Dans ce film, partant de son parcours personnel et de l’histoire de sa famille, elle construit une narration aussi touchante qu’éclairante sur la condition des Français à la peau noire qui doivent faire face à une société niant ou minimisant le poids des préjugés et des obstacles qui trouvent leurs origines dans l’histoire coloniale (lire ici).

50 Nuances de Noir, association créée par Isabelle Boni-Claverie, 50nuancesdenoir.com

Les vagabonds sans trêves : Isabelle Boni-Claverie, pourquoi appeler conversations, ce projet qu’inaugurera, en octobre 2018, l’association 50 Nuances de Noir que vous avez créée.

Vivianne Rolle-Romana, psychologue, psychothérapeute, enseignante, Les Conversations de 50 Nuances de Noir, rencontre-débat sur le thème : Nos enfants sont-ils racistes, 50nuancesdenoir.com

Isabelle Boni-Claverie : Conversations parce que l’idée est de créer un espace sécure dans lequel les personnes peuvent venir parler, formuler de façon sereine leurs interrogations quant aux inégalités liées à la couleur de peau. Des interrogations qui naissent d’une grande palette d’expériences allant des difficultés auxquelles les personnes doivent faire face à la volonté de mieux comprendre la réalité concrète de ce type d’inégalités…

Claire Mestre, ethnopsychiatre, psychothérapeute, anthropologue, Les Conversations de 50 Nuances de Noir, rencontre-débat sur le thème : Nos enfants sont-ils racistes ?, 50nuancesdenoir.com

Qu’en est-il de la forme que prendront ces conversations ?
Elles se dérouleront en petit groupe, avec un ou des intervenants spécialistes de la question traitée qui fourniront des pistes de solutions. Le but est que les participants puissent repartir avec des outils leur permettant ensuite de mieux vivre avec ces questions, au fond d’être plus à même d’affronter ces inégalités, ces discriminations, ces stéréotypes…

La réalisatrice, scénariste et écrivaine franco-ivoirienne Isabelle Boni-Claverie, lors d’un débat afro-féministe, Foire du livre de Bruxelles, 24 février 2018

Ces discriminations liées à la couleur de peau seront-elles articulées avec d’autres formes de mépris collectifs des individus ? Parce que les dévalorisations forment un cocktail, n’est-ce pas ?
Bien sûr ! Il y a toujours un cocktail de dévalorisations. Donc notre approche sera intersectionnelle. On prendra en compte les différentes formes de discriminations, même si l’originalité des Conversations de 50 Nuances de Noir, c’est l’attention portée aux inégalités liées à la couleur. On propose un espace de parole, de connaissance et de dialogue destiné aux personnes directement touchées par ces inégalités, qu’elles soient noires, arabes ou asiatiques, mais aussi destiné aux Blancs, parce que cette réalité les concerne et qu’ils doivent pouvoir comprendre comment les choses s’articulent. Par exemple,  comprendre pourquoi parfois les personnes, dites racisées, ont certaines réactions, qu’ils peinent, en général, à s’expliquer.

visuel de l’association 50 Nuances de Noir, 50nuancesdenoir.com

Puis, dans la catégorie sociologique des Blancs, il peut y avoir des parents…
Oui, il y a les couples mixtes et les parents ayant adopté des enfants d’une autre couleur qu’eux… Et du coup, ils sont, parfois, dans le désarroi d’avoir à faire face à des questions qu’ils n’ont pas eu à résoudre eux-mêmes parce qu’elles ne recoupent pas leur expérience personnelle. Avec les conversations de 50 Nuances de Noir, nous sommes vraiment dans une idée de sérénité de dialogue, de création de mieux-être mental à propos de ces questions d’inégalités raciales… 

Trop Noire pour être Française ? affiche du film documentaire d’Isabelle Boni-Claverie, fondatrice de l’association 50 Nuances de Noir, cinemateque.com

Si je comprends bien, vous faites le pari de la confiance en la capacité de déplacement des participants dans une question dense comme toutes les questions humaines. Les Conversations de 50 Nuances de Noir offrent un accompagnement spécifique aidant à dépasser les réticences, les sentiments de confusion et les affects pénibles, afin d’acquérir une perception plus fine des situations vécues, donc de développer des ressources intérieures…
Oui, je l’espère, car ce qui m’avait frappé dans les débats que j’ai faits, que ce soit pour mon film documentaire ou pour mon livre Trop Noire pour être Française, c’était le désarroi des personnes dans l’assistance et leur besoin de réponses. Les gens posaient beaucoup de questions parce que les inégalités, effectivement, c’est un sujet politique, c’est un sujet social, mais quand elles vous atteignent, elles vous atteignent dans votre intimité, dans votre vie personnelle et elles touchent aux fondements de votre identité et elles peuvent affecter tous les pans de votre vie. Dès lors, il m’a semblé qu’il fallait aussi apporter un espace de formulations de questions et de réponses très concrètes quand on est confronté à des discriminations à l’école pour ses enfants, au travail par rapport à ses collègues et aux supérieurs hiérarchiques, lorsqu’on se pose des questions dans son couple, parce qu’on a des couleurs de peaux ou des origines différentes… Et même dans le domaine de la sexualité aussi. Les conversations permettent de traiter des sujets très pratiques avec à chaque fois des intervenants qui ont une réelle compétence sur le territoire abordé et qui peuvent donc répondre aux participants presque comme le ferait un coach, même si, on ne prétend pas résoudre tous les problèmes en une seule rencontre. 

Est-ce à dire que cette question, encore assez tabou, des inégalités trouvant leur source dans la hiérarchisation des couleurs de peau, toutes ces difficultés, tous les obstacles liés à ces injustices affectent tous les aspects de l’activité, toutes les régions de la vie sociale ?
Oui. Quand on vous refuse quelque chose à quoi vous avez droit en raison de votre appartenance ethnique, c’est extrêmement violent,  ce qu’on vous dénie, c’est votre existence même. On vous dit : toi, tu n’as pas le droit d’être qui tu es ! Et cette violence est très destructrice. Elle peut générer aussi énormément de frustration et de colère. Dans les Conversations qu’on propose, il s’agit de voir comment on peut y répondre autrement, de façon constructive.

Il y a aussi à dépasser ou faire un sort à cet argument de la victimisation attisant la colère de ceux qui traversent des expériences aussi douloureuses que complexes ? L’argument de la victimisation culpabilise les individus alors que le problème est collectif.
L’argument de la victimisation est une rhétorique qui a été mise en place dans les sociétés occidentales pour ne pas avoir à répondre sérieusement aux revendications de peuples anciennement esclavagisés et colonisés. S’il y a une culpabilité, je pense que c’est d’abord une culpabilité blanche qui explique la grande difficulté à entendre la souffrance de l’autre. Mais on n’est pas là pour accuser, juste pour arriver à dénouer une histoire qui a été douloureuse et à donner à chacun sa place entièrement. Pour ça, il faut une écoute. Il faut, effectivement, que même les personnes qui ne se sont pas concernées au premier plan acceptent d’entendre.

L’écrivain et dramaturge Kossi Efoui s’entretenant avec Isabelle Boni-Claverie en séance de dédicace de son livre Trop Noire pour être Française, Foire du libre de Bruxelles 2018,

Pourtant, l’aspect souffrant des conditions minoritaires ne doit pas faire oublier  de leur expérience la part de connaissance subjective… et objective, parce que je rencontre des gens ayant beaucoup appris, lu, visionné des documentaires, assisté à des conférences et des rencontres-débats… La frustration vient aussi de cette richesse niée, de toute l’énergie intellectuelle vivante, de l’ouverture d’esprit, l’inventivité artistique dont la qualité est négligée… D’ailleurs, je trouve que ces gens, ayant appris à penser les questions collectives, sont mieux armés pour penser la complexité, par exemple, de questions écologiques, qui sont aussi un enjeu collectif.
Je pense qu’il y a une résilience extrêmement forte des peuples anciennement soumis, notamment du peuple noir. Quand on voit, effectivement, la production culturelle qu’il y a pu avoir dans des conditions d’oppression terribles, il y a eu, il y a une richesse intellectuelle, artistique, culturelle réelle, très présente, très vive… 

Une fécondité qui est, relativement, ignorée, minimisée…
Elle est peut-être méconnue en partie, parce que les outils de distribution sont, comme je l’explique dans mon livre, pour l’instant, aux mains de personnes appartenant à des groupes pas toujours suffisamment sensibles à ces formes d’expression et qui en méconnaissent aussi le potentiel économique, puisque la culture est, quand même, régie, aujourd’hui, plus que jamais, par des impératifs financiers. Par conséquent, cette richesse d’expérience, de savoir, de culture a besoin de se déployer. Et moi, ce qui m’importe aussi surtout, c’est que les gens, quels qu’ils soient, puissent vivre bien et accéder aux mêmes chances…

Et pour ce faire, il faut libérer la parole, encourager le questionnement, ouvrir les esprits aux réponses de tous ordres dans les espaces de Conversations que vous proposez.
On a grand besoin d’espace. D’espace pour reprendre des forces et avancer. D’espace où, les personnes traversant ces discriminations dans leur chair pourront dialoguer. Et les personnes qui ne sont pas concernées au premier chef pourront parler, être écoutées et entendre la parole des autres, afin de mieux la comprendre pour, à leur tour, évoluer et devenir eux aussi des acteurs du changement.

Quel est le thème de la première rencontre ?
Nos enfants sont-ils racistes ? Et les deux spécialistes qui interviendront sont la psychologue, psychothérapeute et enseignante Vivianne Rolle-Romana et l’ethnopsychiatre, psychothérapeute et anthropologue Claire Mestre.

La soirée se déroulera quand et où ?
Le mardi 16 octobre, au Kwerk Bienfaisance, 44-46 rue de la Bienfaisance, à Paris, dans le VIIIe arrondissement, non loin du métro Miromesnil.

Capture d’écran de la présentation vidéo par Isabelle Boni-Claverie des Conversations de 50 Nuances de Noir, 50nuancesdenoirs.com

Cher tout le monde, femmes, hommes et tant d’autres, je vous invite à regarder la vidéo de présentation des Conversations sur le site web de 50 Nuances de Noir où pouvez prendre connaissance de l’agenda des soirées, des thèmes proposés et réserver des places pour la soirée du 16 octobre dans le cadre agréable du Kwerk Bienfaisance (ici). Vous pouvez aussi suivre l’actualité de l’association sur les réseaux sociaux : pour Facebook (ici), pour Twitter (ici), pour Instagram (ici)…

Le livre Trop noire pour être Française d’Isabelle Boni-Claverie, éditions Tallandier

Trop Noire pour être Française, c’est un film, mais c’est aussi un livre paru en 2017, chez Tallandier et qui participe de cet esprit où le récit personnel et familial s’ouvre sur la période de la colonisation de la Côte d’Ivoire, où est né Alphonse Boni, son grand-père. Mais, de cet ouvrage que j’ai lu et apprécié, je vous parlerai bientôt…

On se quitte en lumière indémodable avec Bill Withers : Lean on me, une chanson d’avril 1972, célébrant l’universel de la solidarité et de l’amitié, car, pour nous, humains, exister, c’est toujours coexister :
Sometimes in our lives,
Parfois dans nos vies,
We all have pain, we all have sorrow.
Nous avons tous mal, nous avons tous de la peine.
But if we are wise,
Mais si nous sommes sages,
We know that there’s always tomorrow.
Nous savons qu’il y a toujours un lendemain.

Lean on me,
Appuie-toi sur moi,
When you’re not strong and I’ll be your friend.
Quand tu n’es pas fort et je serai ton ami.
I’ll help you carry on,
Je t’aiderai à avancer,
For it won’t be long ’til I’m gonna need somebody to lean on.
Bientôt j’aurai besoin de quelqu’un sur qui m’appuyer aussi.

Aimer sans crainte la page FACEBOOK Les vagabonds sans trêves
Suivre avec plaisir CGM et Les vagabonds sans trêves sur Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.