méli-mélo

Tous les droits sont dans la nature de Catherine Ribeiro

Tous les droits sont dans la nature

Mohamed Ali
  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Google+
  • Print Friendly
  • reddit
Mohamed Ali

Mohamed Ali s’est éteint samedi 4 juin 2016. Cet homme était un mythe que vénéraient même les ignorants de la boxe, comme ma mère bio. Petite, combien de fois l’ai-je entendu prononcer, avec gravité : Mohamed Ali is The Greatest !
The Greatest n’a pas baissé sa garde, conservant contre le système une vitalité de corps et d’esprit dissident et un sourire dévastateur. Cherchant une voix à la hauteur de l’aristocratie de sa colère humaine, j’ai pensé à Catherine Ribeiro. La
 vidéo est une archive de l’INA.

Le droit de baiser

Le droit de fondre en larmes
Le droit de s’épanouir
Le droit d’être exigeant
Et d’exiger

Le droit d’être riche
De presque rien
Le droit d’être pauvre
De toutes sortes de richesses
Le droit de soulever
Des montagnes

Le droit d’accoucher
De toutes les tendresses
Le droit de penser
Haut et fort
Sans être mutilé

Le droit d’opinion
Les droits de l’immigré
Le droit au travail
Le droit de manger
Quand on a faim

Le droit de faire
Et de défaire
Le droit à la paresse
Le droit d’aimer
Sans être châtré

Le droit à la faiblesse
À la fragilité
Le droit à l’intelligence
Le défi à la connerie
Le droit du plus fort
Pour mieux protéger

Le droit de l’arbre
Face à la tronçonneuse
Le droit de s’amuser
Sur les pelouses interdites
Le droit de sanctionner
Un pouvoir déficient

Le droit de frapper
Malgré les menottes
Le droit de rire
De devenir fou
Le droit de s’éclater
À l’herbe sauvage

Le droit de crier, de hurler {x2}
Le droit d’être enfin reconnu {x2}

Catherine Ribeiro
  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Google+
  • Print Friendly
  • reddit
Catherine Ribeiro

Pour la petite histoire, il y a quelques jours, on m’a fait découvrir Catherine Ribeiro. Depuis, chaque fois que je prononce son nom, j’ai une décharge électrique qui me parcourt le corps, et la chair de poule me hirsute les bras. Tellement la dame révolutionnaire est belle, sa rage exacte, ses foudres bénéfiques ! Une pluie de liberté qui commence à boxer le désordre établi dans les années 60. Bon sang, qu’est-ce que mes oreilles écoutaient pour avoir loupé cette voix vibrante de l’insoumission incarnée ? Avouons-le, j’ai même rêvé que la pasionaria était 100% Haïtienne : une pareille fougue ! une qualité si juste d’indocilité, ça sent, vraiment, la native de chez nous (enfin, mon autre chez-moi). Mais Catherine Ribeiro est une chanteuse française d’origine portugaise.

Catherine Ribeiro
  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Google+
  • Print Friendly
  • reddit
Catherine Ribeiro

Écoutez la et réécoutez ses qualités phénoménales de volcan ! Selon les morceaux, elle se fait effusive strombolienne, hawaïenne rouge ardente fontaine, péléenne visqueuse, vulcanienne fluide avec un impressionnant panache. Mais quelle que soit la forme de sa manifestation,  elle est cette femme titanesque forge de la rébellion qui fabrique ses plus belles armes : celles d’une d’une poésie ample, puissante, ravageuse.

Cacique Anacaona, la reine-guerrière poétesse du royaume taïnos de Xaragua d'Ayiti
  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Google+
  • Print Friendly
  • reddit
Cacique Anacaona, la reine-guerrière poétesse du royaume taïnos de Xaragua d’Ayiti

Son  sens de l’équité dressée contre les intolérances est digne de la réincarnation de la fière et libre Cacique Anacaona ou Fleur d’or, la reine-guerrière poétesse  du royaume taïnos de Xaragua d’Ayiti.

J’imagine le chant accompagner l’aube des entreprises humaines chasseresses et mystiques, qu’il est un art noble si on considère que la noblesse se mesure à l’ancienneté. Je le crois doute le premier des arts. Et bien que du point de vue de la paléo-anthropologie, cette affirmation soit invérifiable, il n’en reste pas moins vrai, qu’à l’échelle de l’individu, c’est à travers le chant fait berceuse que la conscience s’éveille. Oui, nos mères ou leur bienfaisant substitut nous ont chanté ces mots dont nous ne comprenions pas le sens, seulement la douceur des sons et la contagion de l’émotion. Voilà pourquoi nous aimons les chanson en langues étrangères. Voilà pourquoi, je parie que les lecteurs non francophones du blog seront sensibles au talent tonnerre de Catherine Ribeiro.