méli-mélo

Veronica Franco, prostituée et poétesse

La cortigiana onesta ou courtisane vénitienne

Veronica Franco par Le Tintoret, 1575, Worcester Art Museum, Worcester, Massachusetts
  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Google+
  • Print Friendly
  • reddit
Veronica Franco par Le Tintoret, 1575, Worcester Art Museum, Worcester, Massachusetts

Une femme de lettre qui se prostitue et défend ses consœurs ? Comment ne pas penser à Grisédélis Réal ?

La Danaé par Le Tintoret (vers 1570). Le Tintoret Veronica Franco serait le modèle de Danaé (la femme de gauche)
  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Google+
  • Print Friendly
  • reddit
La Danaé par Le Tintoret (vers 1570). Veronica Franco serait le modèle de Danaé (la femme de gauche)
La courtisane Veronica Franco, Le Tintoret, 1555, Musée du Prado
  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Google+
  • Print Friendly
  • reddit
La courtisane Veronica Franco, Le Tintoret, 1555, Musée du Prado

Née en 1546 dans une famille aisée, la fascinante Veronica Franco est une des plus célèbres courtisanes  de Venise. Elle exerça son activité dans les hautes sphères de la cité. Sa mère, également, une cortigiana onesta ou courtisane honnête, avait veillé à l’éducation de sa fille qui connaissait la poésie, la littérature, les arts et les sciences.

Le Titien, Vénus à sa toilette avec Cupidon, 1555, National Gallery of Art
  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Google+
  • Print Friendly
  • reddit
Le Titien, Vénus à sa toilette avec Cupidon, 1555, National Gallery of Art

Veronica fut mariée à dix-sep ans à un médecin qu’elle délaissa rapidement au profit de relations parfois longues.

Esprit lucide sur l’état de la société défavorable aux individus mal nés et aux femmes dont la religion blâmait le goût du plaisir, aussi grandement belle qu’intelligente, elle sut user de son pouvoir et trier sur le volet ses amants, choisir des hommes pouvant lui assurer un niveau de vie luxueux.

« La beauté féminine est donnée par le ciel
Pour que sur terre, soit heureux
Tout homme qui en goûte la douceur » (Veronica Franco)

La légende affirme qu’elle fut, à vingt-trois ans, la maîtresse du roi Henri III de France, durant les quelques jours où celui-ci s’arrêta à Venise.

Girolamo Forabosco, Courtisane avec un éventail, 1650-60
  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Google+
  • Print Friendly
  • reddit
Girolamo Forabosco, Courtisane avec un éventail, 1650-60

Veronica publie deux recueils de poésies et un volume de lettres qui asseyent sa réputation de lettrée, lui ouvrent les salons en vogue et lui permettent de collaborer à l’édition d’anthologies littéraires d’autres écrivains. Elle s’investit également dans des œuvres charitables et aide des prostituées moins fortunées.
« Si douce et agréable, je deviens
Quand je me trouve au lit avec une personne
Dont je me sens aimée et appréciée
Que mon plaisir envahit chacun de mes bien-aimés.
Alors le nœud d’amour qui paraît me lier
Si fort à l’autre devient plus fort encore » (Veronica Franco)

Veronica Franco fut poursuivie par la Sainte Inquisition, en 1580, pour sorcellerie, usage de charmes et recours aux invocations diaboliques. Ses appuis au sein de la noblesse lui valent d’être acquittée. Elle s’éteint, en 1591, à 45 ans.

Paris Bordone, Vénitienne à sa toilette, 1545, National Gallery of Scotland
  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Google+
  • Print Friendly
  • reddit
Paris Bordone, Vénitienne à sa toilette, 1545, National Gallery of Scotland

« Allez fausses pensées et vaines espérances,
Désirs aveugles insatiables, immatures envies
Allez soupirs ardents, douleurs amères
Compagnes de toujours de mes éternelles peines !
Allez doux souvenirs, âpres chaînes au cœur
Qui finalement se dissipent
Et que revienne le frein de la raison
Pour un temps égaré,
Et toi aussi, mon Ame, par tant d’angoisses
À jamais étouffée
Retourne ta pensée vers le Seigneur divin
Force avec courage ton destin,
Romps les chaînes, et légère et sans lien
Dirige tes pas sur le plus sûr chemin. » (Veronica Franco)

Paris Bordone, Portrait d'une jeune femme, (1540), collection privée.
  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Google+
  • Print Friendly
  • reddit
Paris Bordone, Portrait d’une jeune femme, (1540), collection privée.

Placebo – Protège-moi de l’album Sleeping with Ghosts. Les paroles originales de Protect Me From What I Want écrites par Brian Molko ont été traduites en français par l’écrivaine Virginie Despentes. Le clip réalisé par Gaspar Noé a été censuré en raison de son caractère pornographique.

Girolamo Forabosco, Venetian courtesan, commons.wikimedia.org
  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Google+
  • Print Friendly
  • reddit
Girolamo Forabosco, Venetian courtesan, commons.wikimedia.org

Je vous recommande Veronica Franco et la dignité d’une courtisane, un article de Piotr Salwa exposant, en autre, la position incertaine de la condition de courtisane honnête. À voir ou revoir, le long métrage La Courtisane (1998) inspiré du destin de Veronica Franco interprétée par Catherine McCormack. Sur ce thème, il y a aussi le film La Courtisane (1931) avec Greta Garbo et Clark Gable.

 

2 réflexions au sujet de « Veronica Franco, prostituée et poétesse »

  1. Voilà une femme de « mauvaise vie » dont une partie des « élites » ferait bien de s’inspirer.

    Elle est comme l’antithèse de Trump, cet individu si fier de « sa réussite » dont Robert de Niro a dressé un sinistre portrait: «Il est tellement stupide. C’est un minable, un chien, un porc, un escroc, un artiste de merde, un roquet qui ne sait pas de quoi il parle, qui ne travaille pas ses sujets, qui se fiche de tout, qui pense qu’il joue avec les gens, qui ne paie pas ses impôts»

    Quel dommage que nous, Français, nous ayons notre version de « Trump »…

    Quel dommage, aussi, quand on pense au funeste destin qui attend nos « Veronica Franco »…

    1. Bonjour Brieuc,
      Voilà une réponse aussi passionnée qu’actuelle ! Il y a de quoi s’emporter devant l’indignité politicienne de certains, leurs dérives populistes, toutes ces jongleries louches avec des notions odieuses, des idées glauques dont la force est d’être, précisément, des « idées glauques » banalisant le mépris,l’intolérance, l’obscénité, la prédation… Oui, effectivement, les mauvaises vies ne sont pas où on croit.
      Les vagabonds sans trêves vous remercient de votre précieuse fidélité, la qualité de vos commentaires et de leurs références.

Les commentaires sont fermés.