coups de tête

Week-end d’hommage à James Baldwin au musée de l’Homme de Paris

James Baldwin-Jimmy par l’artiste Sébastien Quagebeur, collagiste-poète, membre du collectif James Baldwin co-organisateur du Week-end Hommage à l’écrivain américain James Baldwin, musée de l’Homme de Paris, 9 et 10 décembre 2017

Le collectif James Baldwin plus que jamais messager de la fraternité

Éléonore Bassop, modératrice du débat entre la réalisatrice Karen Thorsen et le comédien, metteur en scène Samuel Légitimus, Week-end Hommage à James Baldwin au musée de l’Homme de Paris, le 9-10 décembre 2017

Cher tout le monde, femmes, hommes et tant d’autres, le 9 et le 10 décembre dernier, un public nombreux est venu célébrer le trentième anniversaire de la mort de l’écrivain américain James Baldwin qui s’est éteint le 1er décembre 1987, en France, dans sa maison de Saint-Paul-de-Vence où il s’était installé en 1970. Cette demeure, fréquentée par des artistes comme Nina Simone, Harry Belafonte, Miles Davis, risque d’être détruite. Dans quel but ? Faire place à un complexe immobilier de luxe.

La famille de James Baldwin s’est longuement battue afin que sauver la propriété. Une lutte terrible juridique l’en a empêchée. Une partie de la maison est pourtant classée, clame le collectif James Baldwin, association dédiée à la transmission et la promotion de l’œuvre d’une figure majeure de la lutte pour les droits de l’Homme et dont la sagesse n’a jamais été aussi salutaire. Les autorités françaises sont-elles conscientes de la dimension de James Baldwin ? Du côté visionnaire, éminemment, actuel de son œuvre invitant à déhiérarchiser la condition humaine et à se soucier du devenir de l’autre où on devient ?

Samuel Légitimus et Karen Thorsen, Week-end Hommage à James Baldwin au musée de l’Homme de Paris, 9-10 décembre 2017

Le souci du devenir de l’autre où on devient : c’est de cette urgence commune qui est la porte de sortie de la civilisation du mépris, c’est de cet appel à l’humanité inclusive et solidaire du vivant dont, il fut question tout au long du week-end hommage organisé, au musée de l’Homme, par le collectif James Baldwin fondé, en 1993, par le comédien, metteur en scène et traducteur Samuel Légitimus.

La célébration a permis de voir ou de revoir deux documentaires complémentaires : The Price Of The Ticket (1989) de la réalisatrice américaine Karen Thorsen (lire ici et ici) et I Am Not Your Negro (2016) du réalisateur haïtien Raoul Peck, dont un article du blog a relayé la publication du livre Monsieur le Ministre… Jusqu’au bout de la patience.

Deux regards sur l’écrivain, poète et essayiste James Baldwin, certes différents, l’un est biographique et intimiste, l’autre plus politique, mais qui participent d’une volonté pédagogique, soucieuse de diffuser un message qui s’adresse à tous : sa magie fraternelle ramène au fait qu’être humain est inséparable de la connaissance subtile de soi et de l’autre.

Le chanteur, compositeur et peintre Mario Rui Silva, Week-end Hommage à James Baldwin au musée de l’Homme de Paris, le 9-10 décembre 2017

La magie fraternelle s’entend également dans les mélodies métisses et tristes, lentes et nobles du chanteur, musicien et peintre Mario Rui Silva, dont la douceur dit la vie en résistance, prodige de l’arrachement à la souffrance dont elle n’est ni la négation ni le simple produit.

Mario Rui Silva, Week-end Hommage à James Baldwin au musée de l’Homme de Paris, le 9-10 décembre 2017

Né à Luanda, l’artiste, dont le talent est au carrefour de la finesse et de la puissance qui hérissent les bras et touchent jusqu’aux os, Mario Rui Silva donc est le fils spirituel de Liceu Vieira Dias, le maître de la musique angolaise populaire, guitariste et chanteur anticolonialiste, membre fondateur du groupe Ngola Ritmos, creuset du style semba qui puise son inspiration dans les rythmes et les chants traditionnels et la beauté de la langue kimbundu.

Éléonore Bassop, Karen Thorsen, Samuel Légitimus, Week-end Hommage à James Baldwin, musée de l’Homme de Paris, 9-10 décembre 2017

Tout le long du week-end, il y a eu des débats entre la réalisatrice Karen Thorsen qui a connu James Baldwin et Samuel Légitimus, le président du collectif, qui n’a de cesse de le faire connaître.

Éléonore Bassop, Karen Thorsen, Samuel Légitimus, Week-end Hommage à James Baldwin, musée de l’Homme de Paris, le 9-10 décembre 2017

Des débats vibrants, riches en réflexion sensible, animés par Éléonore Bassop qui est journaliste, animatrice radio et vice-président du Cran.

Sur la scène, Dany Laferrière, Samuel Légitimus et près du mur, Karen Thorsen et Douglas K. Depmsey

Dani Laferrière, l’écrivain d’origine haïtienne et membre de l’Académie française, a honoré l’événement de sa présence. Et j’étais d’autant plus touchée que le premier article du blog lui est consacré (lire ici).

Dany Laferrière, Samuel Légitimus, Week-end Hommage à James Baldwin au musée de l’Homme de Paris, 9 décembre 2017

Avec chaleur, l’immortel a évoqué la complémentarité des deux longs métrages  documentaires qui mettent en évidence le Baldwin écrivain pour The Price Of The Ticket et le Baldwin militant pour I Am Not Your Negro.

Dany Laferrière, Samuel Légitimus, Week-end Hommage à James Baldwin au musée de l’Homme de Paris, 9 décembre 2017

Soulignant que Baldwin existe et existera encore parce que l’Amérique a reculé, Dany Laferrière célébré la force poétique de son écriture.

Dany Laferrière, Week-end Hommage à James Baldwin au musée de l’Homme de Paris, 9 décembre 2017

Il a expliqué qu’elle tenait de la grande école des prédicateurs et que  sa maîtrise du crescendo joue de la répétition des motifs et de la technique de la scansion reposant sur le corps, autrement dit le physique, et ce d’une manière très sophistiquée…

Karen Thorsen et Samuel Légitimus à l’écoute des questions du public lors des rencontres-débats du Week-end Hommage à James Baldwin au musée de l’Homme de Paris, le 9-10 décembre 2017

Après chaque débat, l’assistance a interrogé les intervenants qui ont raconté les étapes de la vie de Baldwin, son exil en France, le caractère novateur de son écriture et la qualité de son apport éthique…. Karen Thorsen et Samuel Légitimus ont dit que, né pauvre et Noir, James Baldwin a su dépasser la haine : la haine de lui-même et de sa condition homosexuelle, ainsi que la haine de l’autre qu’il soit proche ou non. Sa colère est intègre, car rebelle ! C’est celle d’un cœur libéré dont la bonté s’érige contre l’organisation des sociétés obligeant les individus à vivre loin, très en deçà de la richesse relationnelle de la vie.

Samuel Légitimus et Karen Thorsen, Week-end Hommage à James Baldwin au musée de l’Homme de Paris, le 9-10 décembre 2017

Comme l’infériorisation structurelle des Noirs n’est pas régionale, parce qu’aucune injustice sociale n’est locale, le mal fait aux uns éclabousse toujours les autres, le débat a porté sur la manière désastreuse dont les sociétés occidentales sont organisées au détriment d’une partie de leurs populations et du reste du vaste monde. D’accueillir l’intelligence des inquiétudes et des doutes, les échanges ont été vifs et optimistes, ardente incitation à la persévérance et à la créativité tournées vers le désir intense, intensément baldwinien d’habiter le monde autrement que dans la crispation et le conflit perpétuel.

Karen Thorsen et Tejan Karefa Smart, le fils de Gloria, l’aînée des sœurs de James Baldwin, Week-end Hommage à James Baldwin au musée de l’Homme de Paris, 9 décembre 2017

Où Jimmy, comme l’appelle affectueusement Karen Thorsen et ceux qui l’on connut où Jimmy est présent, esprit bien vivant, l’humanité se déploie…

Adrien Édouard et Gladys Arnaud incarnent sœur Margaret et son fils David dans la scène finale de la pièce intitulée Le coin des « Amen », Week-end Hommage à James Baldwin au musée de l’Homme de Paris, 9 décembre 2017

… l’imaginaire se déplie et la température ressentie est la passion artiste, l’émotion tragique, complexe qui habite à la prestation des comédiens Gladys Arnaud et Adrien Édouard incarnant sœur Margaret et son fils David dans la poignante scène finale de la pièce intitulée Le coin des « Amen ».

Gladys Arnaud et Adrien Édouard dans la scène finale de la pièce de James Baldwin intitulée Le coin des « Amen », Week-end Hommage à James Baldwin au musée de l’Homme de Paris, 9 décembre 2017

Le coin des « Amen » est la première pièce de James Baldwin, écrite en 1954 et traduite, en 1983, par Marguerite Yourcenar.

Samuel Légitimus et Gladys Arnaud, derrière le James Baldwin de l’artiste Sébastien Quagebeur, Wee-end Hommage à l’écrivain américain, musée de l’Homme de Paris, 9 décembre 2017

L’extraordinaire Gladys Arnaud a créé le rôle il y a dix ans dans la première production française de la pièce mise en scène par Samuel Légitimus en 2007 au théâtre de l’Épée de Bois à la Cartoucherie de Vincennes, ainsi que lors du 37e Festival de Fort-de-France.

Éléonore Bassop, Karen Thorsen, Samuel Légitimus, Week-end Hommage à James Baldwin au musée de l’Homme de Paris, 10 décembre 2017

Explorer l’œuvre de Baldwin, c’est réaliser la portée des concepts et des catégorisations dangereuses qui travaillent le quotidien. C’est prendre conscience qu’il n’y a pas de Blanc sans Noir.

Karen Thorsen, réalisatrice du long métrage documentaire James Baldwin-The Price Of The Ticket, Week-end Hommage à James Baldwin au musée de l’Homme de Paris, 10 décembre 2017

Et que l’invention de la fiction raciale n’a de buts que l’exploitation des hommes et des ressources environnementales au profit d’un petit pourcentage d’assoiffés de pouvoir qui donne le la et affirme, dans une langue de bois qui fait mal à la bouche, que la vérité de l’humain est la soumission.

Le rappeur français Rocé, performance lors du Week-end Hommage à James Baldwin, organisé par le collectif James Baldwin, musée de l’Homme de Paris, 9 décembre 2017

Contre la propagande du discours dominant, les mensonges à grande échelle, la falsification de l’histoire tous azimuts, la mondialisation de l’infâme et de la destruction, le vol du pain et de la parole dans la bouche de l’autre, Rocé chante. Dans l’auditorium Jean Rouch du musée de l’Homme, quelle claque ! la parole en chair consciente et en os concrets qui dit non à la croyance en principes et en idéaux abstraits, la fulgurance fantastique qui chante à hauteur d’homme, à hauteur d’homme intègre et de rimes troubadours rappant et (r)appellant Sankara, les peuples colonisés, les indigènes asservis et exterminés, le prolétariat, les femmes et les enfants exploités…

Performance de Rocé dans l’auditorium Jean Rouch, Week-end Hommage à James Baldwin, organisé par le collectif James Baldwin, musée de l’Homme de Paris, 9 décembre 2017

Le rappeur français Rocé chante à la vitesse de l’esprit au galop, il chante au rythme grand de l’urgence des invisibilisés par la doctrine despote sur fond atroce rengaine Banania, Y’a bon, Y’a bon Banania… il chante contestataire, mais qu’on en finisse !

De face, Rocé, auditorium Jean Rouch, Week-end Hommage à James Baldwin, co-organisé par le collectif James Baldwin, musée de l’Homme de Paris, 9 décembre 2017

D’accord, mais comment faire bouger les choses ? En cherchant au fond de soi les préjugés que tous, dominant comme dominé, on intériorise.

Comme James Baldwin dit dans Chronique d’un pays natal (Notes of a Native Son), nous ne sommes aliénés à la culture que dans la mesure où nous sommes aliénés à nous-mêmes :
Nos sentiments font intimement partie de ce que nous éprouvons à l’égard de tout, à l’égard de tous, à l’égard de nous-mêmes.

Il suffit d’écouter le bon sens pour se dire que la réflexion, le talent, la beauté, la créativité ne peuvent être l’apanage d’un groupe humain. Étant donné que Sapiens est une espèce inventive, partout, les individus sont capables d’exceller, d’imaginer et de produire des choses considérables. Et, à plus forte raison, où on les prétend incapables.

Depuis toujours, j’entends que sans police maintenant l’ordre public, c’est le chaos. Pourtant, la ville du Môle-Saint-Nicolas, il y a neuf ans environ, ne comptait qu’un policier pour 34 000 habitants ! Le chiffre m’a été rapporté en riant par mon oncle-père qui disait, que dans ces conditions-là, ce n’est pas la police qui protège la ville, mais l’inverse. Et pas n’importe quelle ville, puisque, c’est là que, le 6 décembre 1492, Christophe Colomb met le pied sur une île qu’il nomme Hispaniola et qui est Ayiti dans la langue de ses occupants, les Taïnos…

Karen Thorsen et Samuel Légitimus, séance de questions-réponses, Week-end Hommage à James Baldwin au musée de l’Homme de Paris, 10 décembre 2017

Durant le week-end, Karen Thorsen et Samuel Légitimus ont expliqué qu’abandonner la posture d’innocence permet de s’interroger sur les murs dans sa tête, c’est-à-dire les entraves mentales que sont les normes racistes, sexistes, homophobes, antireligieuses… Donc de s’affranchir des lectures manichéennes : bon-mauvais, normal-anormal, homme-femme, Noir-Blanc, homosexuel-hétérosexuel, valide-personne en situation de handicap, fou-non-fou, délinquant-honnête citoyen, sédentaire-nomade… Le dualisme hiérarchique, qui distribue les rôles odieux pour tous, n’est pas universel.

Poursuite des débats baldwiniens entre, à l’avant plan, l’écrivain et académicien Dany Laferrière et Mathilda Légitimus-Schleicher et, à l’arrière-plan, Chrystel Bonfils Doziass et Samuel Légitimus, devant l’auditorium Jean Rouch, musée de l’Homme, 9 décembre 2017

D’ailleurs, l’universel tel que l’Occident l’a conçu est un monologue qui maintient dans l’illusion civilisationnelle que les activités humaines se réduisent à des rapports de force et des relations de concurrence déloyale. Cesser d’y voir une fatalité tourne le regard vers les marges du centre et vers les périphéries qui ont résisté à des siècles de férocités coloniales, d’administration meurtrière, de centralisation délétère, en cultivant et développant d’autres modes de socialisation. Ces lieux détiennent des solutions efficaces aux urgences mondiales, des ripostes vitales à l’autoritarisme séculaire dont le mépris de la solidarité est écohomicide.

Le collectif James Baldwin, co-organisateur du Week-end Hommage à James Baldwin, devant le musée de l’Homme de Paris, le soir du 10 décembre 2017

Le collectif James Baldwin fait partie de ces espaces salutaires dans lesquels il est possible de découvrir les pans effacés de l’histoire et des cultures, dialoguer avec des gens de toutes conditions, faire les liens entre les différents problèmes, les diverses formes de discriminations qui s’entre-renforcent. En lisant et réfléchissant dans son coin, on peut comprendre beaucoup, mais non éprouver ce sentiment cher à James Baldwin : l’amitié. Partant de l’humain (r)éprouvé, l’écrivain réaffirme l’humain à l’infini, autrement dit l’immensité de chacun dont la vie est à la fois dette et don à l’égard des autres vies. Et puisque exister, c’est toujours coexister, il faut répéter encore et encore que seule organisation asociale du monde fait oublier qu’être ensemble est une valeur et que sous le dôme de cette évidence, la rencontre devient un partage de générosités.

Je vous encourage à consulter les sites suivants : le collectif James Baldwin (ici) qui regorge d’informations essentielles sur l’écrivain ; le James Balwin Project pour en savoir davantage sur le documentaire de Karen Thorsen (ici). Et, last but not least, la page Facebook du rappeur Rocé qui accompli un formidable travail de conscientisation.

N’oublions pas que le musée de l’Homme, qui a ouvert ses portes au collectif James Baldwin, propose, jusqu’au 8 janvier 2018, une exposition intitulée Nous et les Autres – Des préjugés au racisme, iciEt la bonne nouvelle, c’est que les traductions françaises de quatre romans de Baldwin viennent d’être rééditées :
La conversion et La Chambre de Giovanni (éditions Rivages) et Si Beale Street pouvait parler et Harlem Quartet (éditions Stock).

On se quitte avec Dwa de lòm de l’immense troubadour haïtien Manno Charlemagne qui est mort le 10 décembre 2017. Cet auteur-compositeur-interprète engagé fut un opposant à la dictature des Duvalier, un homme politique, maire de Port-au-Prince de 1995 à 1999 et, par-dessus tout, un grand nom du renouveau de la musique populaire d’Haïti.

Aimer sans compter la page FACEBOOK Les vagabonds sans trêves
Suivre avec fantaisie CGM et Les vagabonds sans trêves sur Twitter