L’Automne de Renée Vivien

L’automne

Cy Twombly, Quattro Stagioni, Autunno, Qautre saison, Automne, 1993 – 1995, wikiart.org

L’Automne s’exaspère ainsi qu’une Bacchante,
Folle du sang des fruits et du sang des baisers
Et dont on voit frémir les seins inapaisés…
L’Automne s’assombrit ainsi qu’une Bacchante
Au sortir des festins empourprés. Elle chante
La moite lassitude et l’oubli des baisers. Continuer la lecture de « L’Automne de Renée Vivien »

Natasha Kanapé Fontaine : de l’affirmation innue à la réconciliation de tous

Incandescences poétiques de la voix debout

Mon peuple est un peuple de nuages
nous ne pelletons pas l’hiver
la neige nous élève en être insurgés
raquettes aux pieds, joues saillantes
miel de sapins sur les lèvres
Bleuets et abricots (p. 39)

Performance de Natasha Kanapé Fontaine, Sorbonne, bibliothèque Gaston Miron, 28 mars 2017

Continuer la lecture de « Natasha Kanapé Fontaine : de l’affirmation innue à la réconciliation de tous »

Le recueil Une pierre est tombée, un homme est passé par là de Faubert Bolivar

Faire vœu intime d’ombre et d’amour

David Allan, L'origine de la peinture, 1775, pintura.free.fr
David Allan, L’origine de la peinture, 1775, pintura.free.fr

Cher tout le monde, femmes, hommes et tant d’autres, l’Histoire naturelle de Pline l’Ancien conte qu’à l’origine de la peinture, il y a l’amour de Callirrhoé, la fille de Butades, un potier de Sicyone ou de Corinthe. Éprise d’un jeune homme qui doit partir à l’étranger, Callirrhoé trace d’un trait de charbon le contour de la silhouette de l’amant qu’une lampe projette sur le mur. La peinture serait née du désir femme d’exorciser le manque, de conserver la trace de la présence aimée dans l’écriture des limites de l’ombre portée, autant dire la représentation du contour, non du corps, mais de la silhouette.

Il en va de même, j’imagine, pour le recueil de poésies de Faubert Bolivar intitulé Une pierre est tombée, un homme est passé par là, paru chez C3 Éditions, un éditeur haïtien :

Il y a l’ombre
Il y a la pluie qui tombe sur l’ombre
Il y a ton cœur qui bat dans l’ombre (p. 11)

une_pierre_est_tombee_faubert_bolivar-183x283Ce livre est le récit d’une genèse occulte, la voix d’une naissance confidentielle : celle de l’acte de création dont la méthode fait la part belle à l’ombre. Inspiration du geste poète, qui joue son jeu, vit par et pour elle, l’ombre est aspiration à la liberté, à la dissidence découverte en transgressant les croyances religieuses et la sagesse populaire qui la prétendent porteuse de malheur, de mort, de néant…
Continuer la lecture de « Le recueil Une pierre est tombée, un homme est passé par là de Faubert Bolivar »

Résistances de Kettly Mars

RésistanceS

Baldassare Peruzzi, Danse d'Apollon avec les muses, (anciennement attribué à Giulio Romano), Galleria Palatina (Palazzo Pitti), Florence, commons.wikimedia.org
Baldassare Peruzzi, Danse d’Apollon avec les muses, (anciennement attribué à Giulio Romano), Galleria Palatina (Palazzo Pitti), Florence, commons.wikimedia.org

Contre la folie de tous les racismes
Contre les violeurs et le sexisme

Simon Vouet, Le Parnasse ou Apollon et les muses, 1640, Musée des Beaux-Arts, Budapest, commons.wikimedia.org
Simon Vouet, Le Parnasse ou Apollon et les muses, 1640, Musée des Beaux-Arts, Budapest, commons.wikimedia.org

Contre l’hypocrisie et le paternalisme
Contre les phobies et le négationnisme Continuer la lecture de « Résistances de Kettly Mars »

Le poète Jacques Sojcher entre Verlaine et Baudelaire (1/2)

Très doucement ou le tact premier

Très_Doucement_SojcherPublié par la maison d’édition Au coin de la rue de l’Enfer et avec, en couverture, un dessin de la peintre Rachel Silski, Très Doucement, inspiré par les harmonies faussement légères de l’aube et du crépuscule, est un recueil de poésies nostalgiques, aux rythmes lents et ressassants…

…les mots
venus de l’enfance
Dans le désordre et l’oubli
Continuer la lecture de « Le poète Jacques Sojcher entre Verlaine et Baudelaire (1/2) »